• Ce qu'il vous faut savoir sur la plomberie dans la salle de bain

    Voici quelques repères donnés par un plombier d'Occitanie  pour vous familiariser avec les matériaux utilisés pour la plomberie de salle de bain et les équipements nécessaires à son bon fonctionnement : les tubes et canalisations, l'alimentation en eau, l'évacuation, la production d'eau chaude.

    Plomberie dans la salle de bain

    Les tuyaux et les raccords

    Traditionnellement, les tuyaux utilisés sont en cuivre (alimentation, évacuation). Les barres rigides servent aux installations visibles alors que le cuivre flexible est destiné aux installations encastrées. Les raccords à compression éviteront la soudure.

    Les matériaux synthétiques

    De plus en plus chez les Plombiers, deux matériaux synthétiques remplacent le cuivre.

    • Le PVC C peut être utilisé pour l'alimentation en eau froide et chaude. Des raccordements cuivre-PVC existent pour le raccordement d'une installation neuve sur une plus ancienne. 

    • Autre matériau, le PER (pour Polyéthylène réticulé) est un tube semi rigide (rouge pour l'eau chaude et bleu pour l'eau froide). Un peu moins cher que le cuivre, les tubes PER sont faciles à encastrer, ne craignent ni le tartre ni la corrosion. Pour travailler les tubes PER, vous aurez besoin de ressorts à cintrer et de pinces coupe-tubes spécifiques et de raccords à compression ou à sertir. Pour les fixations, prévoyez des colliers de fixation tous les 70 centimètres.

    Pour encastrer votre installation, celle ci doit etre collée. Si elle est vissée, elle doit être fixée aux murs à l'aide de colliers.

    Des raccords rapides, très simples à monter, pour une installation garantie sans fuite, vous dispensent maintenant de soudure.

    L'alimentation en eau

    Une pression minimale de 3 bars à la sortie du compteur est nécessaire pour une salle de bain conventionnelle (pour une douche hydromassante, la pression doit être plus élevée). Dans tous les cas, si votre pression est plus ou moins forte, vous pourrez installer un surpresseur (exception pour les habitats collectifs) ou un réducteur de pression.

  • Le tadelakt traditionnel : préparation du support

    Quelle que soit la nature du support, le mur doit être parfaitement stable, exempt de trous, de fissures ou de lézardes. 

    • Faites les réparations d'usage avant application de l'enduit de préparation.
    • Pour cela, utilisez un mortier adapté au support : exactement comme le mortier des joints de carrelage .
    • Le support doit être parfaitement propre et exempt de toutes matières qui pourraient gêner l'accrochage comme la poussière, le salpêtre, la suie, des traces de plâtre, des résidus de peinture. 
    • Brossez donc vigoureusement le mur avec une brosse en chiendent.

    Pour les revêtements modernes ou récents, il faut attendre le séchage complet de tous les éléments. Par exemple, pour un mur de briques ou de parpaings, il faut attendre un mois après le montage du mur, ou davantage s’il fait froid et humide.

    L’humidification

    tadelacvk.JPGPour être apte à recevoir l’enduit de préparation à la chaux, le support doit avoir été humidifié en abondance dans les jours précédant l’application. Sans cette humidification, le mur « boirait » toute l'eau, empêchant la carbonatation de la chaux. Il s'en suivrait un décollement de l'enduit.

    Sur supports ouverts anciens (pisé, torchis, moellons…)
    L’humidification est une étape très importante.

    • Trois jours avant l'application de l'enduit, mouillez le mur à refus.

    • Les deux jours suivants, humidifiez-le, mais sans le saturer en eau. Réduisez pour cela la quantité d'eau apportée. Cette quantité dépend de la nature du support et des conditions climatiques.

    • Attendez que le mur ne soit plus détrempé avant l'application de l'enduit de préparation.

    L’humidification permet à l’enduit de tenir.