Qu’est ce qu’une maison passive ?

Par boutade, par simpli­fi­ca­tion, on pour­rait dire qu’une maison passive est une maison sans chauf­fage. Les repor­tages (Capital & Co) aiment bien les présen­ter comme des maisons ou il suffit d’allumer une bougie pour gagner un degré. On passera aussi sur  la construction de maison en blocs polystyrène qui est devenue tendance en France...

Pour arri­ver à cet objec­tif, de nombreuses méthodes sont possibles, mais pour atteindre le stan­dard « Maison Passive » défini par le PassivHausInstitut, trois résul­tats sont impératifs :

  • Ne pas dépas­ser 15 KWh/m2/an de chauffage

  • Que la consom­ma­tion totale d’énergie primaire (chauf­fage, eau + électro­mé­na­ger) ne dépasse pas 120 KWh/m2/an

  • Une excel­lente étanchéité à l’air avec un para­mètre n50 < 0,6 h-1, soit un renou­vel­le­ment maxi­mal de 0,6 fois le volume de la maison par heure en surpres­sion ou dépres­sion de 50 Pascals

Ces chiffres sont à compa­rer aux normes actuelles et futures avec une modé­ra­tion à avoir car les normes ne sont pas direc­te­ment comparables :

  • Réglement Technique 2000 : 150 à 200 KWh/m2/an

  • RT 2005 : 100 KWh/m2/an

  • Effinergie (objec­tif RT 2012) : 50 KWh /m2/an

  • Maison Passive : 35 KWh/m2/an hors électro­mé­na­ger ou 42 KWh/m2/an avec (esti­ma­tion en Allemagne). La norme à 120 KWh/m2/an est plus un garde-fou pour la construc­tion tertiaire.

Pourquoi 15 kWh/m2/an de chauffage ?

Tout simple­ment car la théo­rie et les réali­sa­tions exis­tantes prouvent que sous ce seuil, une maison n’a plus besoin de système de chauf­fage indépendant.

Elle se chauffe « toute seule » : les apports du soleil et ceux de ses habi­tants suffisent à main­te­nir une tempé­ra­ture agréable (19−21 degrés) et cela tout au long de l’année (c’est à dire autant l’hiver que l’été).

Comment arri­ver à cet objectif ?

Principe de base : Optimiser l’essentiel

Des concepts de construc­tion pour opti­mi­ser la demande en énergie sont recher­chés depuis plusieurs années (blocs polystyrenes pour maison, bois, paille etc.). Trop souvent, cepen­dant, ils ont néces­si­tés la mise en œuvre de tech­no­lo­gies trop sophistiquées.

L’intérêt du concept de la maison passive est préci­sé­ment sa simpli­cité. Comme son nom l’indique, l’écono­mie d’énergie est réali­sée prin­ci­pa­le­ment par l’utilisation de stra­té­gies passives. En opti­mi­sant les éléments princi­paux indis­pen­sables, un système conven­tionnel de chauf­fage devient superflu.

Les commentaires sont fermés.